• fratsaintmalo

Le don de force

Entre Pâques et la Pentecôte, nous sommes invités à prier spécialement l’Esprit-Saint, le don de Dieu qui nous est offert pour vivre, avec joie et dans la confiance, notre vie chrétienne, et pour témoigner, malgré les difficultés, des merveilles de Dieu. Pour cela, nous recevons, à la Confirmation, Sacrement qui complète le Baptême et l’Eucharistie, ce qu’on appelle les « dons de l’Esprit-Saint ». Ils sont nécessaires pour faire de nous des chrétiens « accomplis » qui ont tout ce qu’il faut pour mener à bien leur vie de chrétiens et de disciples-missionnaires à la suite des apôtres, dans l’Esprit de Jésus ressuscité. Il en existe 7, un chiffre qui exprime la plénitude. Nous allons les découvrir, jour après jour, tout au long de la semaine. Ces dons de l’Esprit, c’est le prophète Isaïe, en premier, qui les mentionne dans la Bible : « Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur – qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs. Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. (Isaïe 11, 1-4a).


4ème don : le don de Force


« Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1,8)


Il nous donne la persévérance et le courage dans l’épreuve. C’est le don par excellence des martyrs, qui ont préféré la persécution ou la mort, plutôt que de renier leur Foi en Jésus ressuscité.


Mais ce don n’est pas réservé qu’aux martyrs ! Dans tous les petits ou grands combats spirituels et existentiels que nous avons à mener, il est nécessaire : par exemple, il m’aide à rester fidèle à la prière et à aller jusqu’au bout d’un engagement, malgré les difficultés. Il m’aide aussi à contenir ma colère. Il m’inspire le silence ou la retenue quand bien même j’aurais naturellement l’envie de parler pour critiquer ou dire du mal, etc.


Il nous donne aussi le courage de rester fidèle à l’Evangile et l’audace d’en témoigner auprès des autres, en paroles et en actes.


« Chers amis, nous pouvons parfois être tentés de nous laisser prendre par la paresse, ou pire, par le découragement, surtout face aux fatigues et aux épreuves de la vie. Dans ces cas-là, ne perdons pas courage, mais invoquons l’Esprit-Saint, pour qu’avec le don de force il puisse soulager notre cœur et communiquer à notre vie à la suite de Jésus une force et un enthousiasme nouveaux. » (Pape François, Catéchèse, Rome, 14 mai 2014)


Père Gaël Sachet