• fratsaintmalo

Homélie du Jeudi Saint



Aujourd’hui, jeudi saint, nous faisons mémoire du dernier repas que Jésus a partagé avec les apôtres. Saint Paul, dans la lettre aux Corinthiens, nous donne d’entendre le récit de l’institution de l’eucharistie. L’Evangile selon saint Jean n’en parle pas et présente, à la place, le lavement des pieds. Ce geste est l’ultime recommandation que Jésus donne à ses disciples, à la veille de sa mort. Je voudrais seulement vous inviter à regarder ce geste sous deux perspectives.

1 Regardons d’abord la scène :


  • Jésus ôte son vêtement, c'est-à-dire qu’il se met dans la tenue du serviteur. Le vêtement, synonyme de dignité, est porté par le maître. En le retirant, Jésus prend la condition de serviteur.

  • Il noue un linge de service à sa taille, pour accomplir un service.

  • Il se met à genoux devant chacun de ses disciples, il s’abaisse, lui qui est le maître.

  • Il leur lave les pieds, la partie la plus basse du corps, souillée par la poussière du chemin.

Les mots qui viennent pour décrire l’attitude du Christ sont dépouillement, humilité, serviteur, diaconie, charité… « Je ne suis pas venu pour être servi mais pour servir. » Nous sommes au cœur du message évangélique. Nul ne peut se dire chrétien s’il ne sert son frère.

Jésus, qui lave les pieds de ses disciples, nous a donné ce signe pour faire mémoire de son chemin parmi nous, lui, le fils de Dieu, maitre et Seigneur, qui s’est fait humble serviteur, obéissant jusqu’à la mort.

Dans ce récit, Pierre nous ressemble par sa difficulté à accepter de devoir quelque chose à quelqu’un. Nous désirons tous être sauvés par nous-mêmes, par nos mérites. Et pourtant, si nous voulons vraiment servir nos frères, il nous faut nous mettre dans la configuration du serviteur qui sait qu’il n’a rien et qu’il doit tout. « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. »

2 Et maintenant contemplons ce Jésus qui a pris la tenue du serviteur pour laver les pieds des disciples. Ce corps du Christ, vêtu d’un linge, tel un esclave, c’est ce même corps qui va être cloué au bois de la croix. Jésus, sur la croix, porte la tenue de serviteur ! Les crucifix que nous voyons dans nos églises ou sur les calvaires présentent toujours Jésus crucifié, vêtu d’un simple linge, attaché à sa taille. Ils nous montrent le serviteur crucifié, le corps du serviteur souffrant, qui est allé jusqu’au bout de son obéissance, qui a donné sa vie pour nous. Le Christ en croix porte la tenue de serviteur, celle du Christ qui lave les pieds de ses disciples.

Dans ce temps où la maladie bouleverse nos vies et où la peur de la mort est partout, les serviteurs ne sont pas vêtus d’un simple linge. Ils portent des masques… Que le visage de Jésus, serviteur souffrant, nous donne l’espérance. Qu’il éclaire tous ceux qui sont serviteurs, auprès des malades et des personnes âgées, isolées, ou tout simplement en continuant à faire leur métier au service de la collectivité. Ou chacun de nous chaque fois que nous revêtons la tenue du serviteur !

Benoit Mangenot, diacre


Télécharger l'homélie


Télécharger les textes du jour