• fratsaintmalo

Homélie du dimanche 17 mai 2020



Alors que le monde, après s’être enfermé et barricadé, ne sort que timidement et prudemment d’un nécessaire confinement, par mesure de protection, pour se prémunir d’un virus qui a réussi à mettre à terre l’humanité entière, voilà que le Ciel, dans sa grande bonté, vient à la rescousse !


La science ne réussissant pas, pour l’heure, à renforcer, médicalement parlant, nos défenses immunitaires, voilà que Jésus nous promet aujourd’hui de nous envoyer, comme cela est écrit dans l’Evangile, « un autre Défenseur, qui sera pour toujours avec vous ».


Quel est-il, ce fameux Défenseur ? Serait-ce enfin le vaccin tant attendu qui nous protègera, durablement, de toute menace virale ? En quelque sorte, oui ! Sauf que ce vaccin, on ne le fabrique pas en laboratoire. Ce vaccin, de conception et de nature divine, après qu’il a été pratiqué sur des milliards de personnes depuis 2000 ans, personne ne peut remettre en cause sa redoutable efficacité ! Celles et ceux qui l’ont réellement accueilli peuvent d’ailleurs en témoigner ! Ce vaccin, on pourrait même l’appeler le « VAC-Saint », car il s’agit, vous l’avez compris, de l’Esprit-Saint !


Pourquoi le VAC-Saint ? Voilà ma définition : le VAC-Saint contient le V.A.C. c’est-à-dire la « Vie » « Avec » (le) « Christ », le seul Saint, une vie qui ne nous préserve ni de la maladie, ni du péché, mais qui nous rend plus forts pour combattre le mal, et surtout pour faire le bien ! Grâce à « l’injection » de l’Esprit de Dieu en nous, ce qu’on appelle une « effusion », nous pouvons alors vivre avec le Christ et le suivre, chacun à sa manière, sur son chemin de sainteté. L’Esprit, s’il est Saint, c’est parce qu’Il est Dieu, et si Dieu nous le donne, c’est pour que nous soyons saints ! C’est aussi simple que ça !


Et du coup, une fois qu’on a reçu l’Esprit-Saint, on devient alors porteur sain(t) du Christ. Voilà en tout cas comment j’interprète cette parole de l’Evangile : « vous êtes en moi et moi en vous».


Par l’Esprit-Saint, le Christ habite en nous, pas pour qu’il devienne notre propriété privée, mais pour le porter et en témoigner, par la sainteté de notre vie, comme St Pierre, dans sa lettre, nous y invite : « Bien-aimés, honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts, à tout moment, à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect ».


Nous pouvons remarquer, là encore, que St Pierre parle, lui aussi, de « défense ». Serait-ce à dire qu’il nous faut être sur la « défensive », face à ceux qui pourraient manifester une certaine hostilité à l’encontre de la Foi chrétienne ? Non, je ne le pense pas. En tout cas, ce n’est pas sous cet angle-là que je comprends les propos de Pierre. Il ne nous demande pas d’écrire un texte apologétique ou d’avoir en tête un discours bien ficelé et solidement argumenté, qu’on aurait ensuite à présenter devant un jury constitué de personnes peu ou pas du tout convaincues par la pertinence du message chrétien.


« Présenter une défense », ce n’est pas chercher à argumenter. C’est être soi-même l’argument ! Si j’ai vraiment accueilli en moi le Défenseur, c’est-à-dire l’Esprit de Jésus ressuscité, alors mon témoignage de vie donnera en lui-même raison de l’espérance qui m’habite ! Et alors, cette espérance, qui ne se paie pas de mots, mais qui s’offre en actes concrets, ne pourra que susciter, autour de moi, au pire de l’indifférence, au mieux un étonnement et une interrogation. Par conséquent, nous pourrons être amenés à « présenter une défense », autrement dit à parler de Dieu avec l’aisance d’un avocat, autre nom donné au « Défenseur », l’Esprit-Saint, qui plaide toujours en notre faveur.


En langage sportif, on dit souvent que « la meilleure défense, c’est l’attaque » ! Faudrait-il donc passer à l’offensive ? D’une certaine manière, oui, mais pas au sens où on l’entend habituellement ! S’il ne nous interdit pas d’être « offensifs », dans la mesure où la créativité missionnaire est nécessaire pour aller au-devant des gens et témoigner ouvertement de notre Foi en Jésus ressuscité, l’Esprit-Saint nous défend d’être « offensants » ! Ce que St Pierre résume en 2 mots quand il nous dit de le faire avec « douceur » et « respect ». Voilà comment Dieu s’y prend avec nous : dans le respect de notre liberté, Il veut se fait connaître à nous par l’effusion de son Esprit-Saint, « l’hôte très doux de nos âmes ».


En ce temps pascal, puissions-nous l’accueillir sans résistance. Dès lors, munis de ce vaccin particulier, nous serons plus forts pour sortir sans peur au-devant de nos frères ! Ainsi, dans la mesure où chacun aura reçu dès maintenant cette immunisation personnelle, l’immunisation collective sera plus facile à obtenir ! D’ailleurs, on sait déjà qu’elle va se produire dans 2 semaines, le jour de la Pentecôte, quand l’Esprit-Saint, pour nous défendre et nous protéger, en descendant sur les 12 apôtres, atteindra l’humanité entière.


La seule contagion qui pourra alors se développer sans risque, de personne à personne, comme le signe manifeste que le VAC-Saint agit vraiment dans nos vies, c’est la contagion de l’Amour. Amen.


P. Gaël Sachet